Le trip des tripoux 2013

 

4 jours de beau VTT entre le causse du Larzac et les gorges du Tarn

 

L’équipe au départ

Comme tous les automnes, au moment où tombent les 1ères feuilles, une question revient chatouiller les vttistes d’AVLO : « euh bon , les gars,.. où c’est qu’on va faire un tour cette année ??? hein ? »

Après consultation, proposition, négociation, discussion, … notre choix s’est arrêté cette année sur la région des causses : une grande zone sauvage à l’est de Millau, à cheval sur les départements de la Lozère, de l’Aveyron, du Gard et de l’Hérault.

Comme l’an passé, nous sommes partis avec un sac sur le dos de gîtes en gîtes , pour être autonome et éviter la contrainte des véhicules suiveurs .

 

1er jour : Aguessac – La Couvertoirade : 60 km et 1 240 m de D+.

Une 1ère étape roulante, qui nous fait traverser le Causse Noir et une partie du plateau du Larzac.

A l’exception d’une option très technique pour redescendre du Causse noir vers La Roque Ste Marguerite, tout se passe sur des pistes, petites routes et sentiers roulants.

Au moment des pauses, les plus curieux du groupe parlent un peu botanique et paysages « tu as vu ces iris et ces orchidées sauvages ? Regarde donc ces étonnantes formations calcaires ! », les ploucs continuent à causer VTT : « tu crois qu’avec un 29 pouces, on passerait pareil sur les cailloux ??? »

Arrivée le soir au gîte de La Couvertoirade, une très étonnante cité fortifiée « de poche » : à peine quelques dizaines de maisons entourées de remparts construits par les templiers il y a plusieurs siècles.

 

Première montée : les choses sont claires, ça va grimper !

Vue depuis le Causse Noir vers le Viaduc de Millau

La Couvertoirade, enfin !

Après l’effort, le réconfort ! Super accueil au gîte de la Couvertoirade

 

2ème jour : La Couvertoirade – Dourbies : 78 km et 1 580 m de D+

La journée commence par un échauffement sur des pistes roulantes jusque Navacelles (quel paysage !). Ensuite, les choses sérieuses commencent : un sentier très technique en balcon au dessus des gorges de la Vis, qui oblige à porter le vélo dans plusieurs passages.

Après une petite pause déjeuner au niveau d’une résurgence très spectaculaire, nous démarrons ensuite une longue ascension (+ 1000 m et 2 bonnes heures de pédalage) qui nous conduit au sommet du Saint Guiral. Le paysage change en quelques centaines de mètres : finies les prairies calcaires couvertes de fleurs, nous arrivons aux portes des Cévennes et ses paysages beaucoup plus austères, entre gros blocs de granit et forêts de hêtres. Nous finissons la grimpette à pieds (pour les plus courageux…) jusque la croix du sommet : beau panorama sur tous le sud du Gard et séance photo obligatoire.

La descente très technique sur Dourbies est diversement appréciée (!), mais le festin servi par la patronne du gîte le soir remet tout le monde en forme. Merci Sylvie !

3ème jour. Dourbies – Saint Rome de Dolan : 66 km et 1 575 m de D+

Il a plu toute la nuit, des nappes de brumes s’accrochent aux crêtes et il fait froid : pas très motivés pour démarrer ce matin… La 1ère montée en lacets sur un chemin détrempé nous fait entrer dans un épais brouillard où nous essayons de ne pas nous perdre.

La partie suivante est mémorable : alternance de parties rapides et techniques où on se fait vraiment plaisir, passage délicat d’un gros ruisseau en crue avec de l’eau à mi-cuisse…

Tout ça ne va pas très vite malgré tout et après la pause du midi à Meyrueis, nous décidons de raccourcir le programme et de descendre la vallée de la Jonte par la route jusqu’au Rozier.

Bon choix, car la jolie partie technique et ludique qui nous mène ensuite vers les Vignes ravit tout le monde.

Il ne reste plus qu’à grimper par la route (+ 500 m de D+… ça pique un peu les jambes en fin de journée…) jusqu’au gîte des Fleurines.

Bernard et Nathalie, les propriétaires, ont quitté leur boulot de cadres parisiens il y a quelques années pour restaurer une ferme caussenarde et ouvrir ce gîte : belle réussite, car leur ferme est très belle et l’accueil excellent.

4ème jour : St Rome – Aguessac  : 32 km, 275 m de D+ et 804 m de D-

La séquence« émotion » de la rando : une excursion au bord des falaises du causse de Sauveterre, 500 m au dessus du Tarn.

Une 1ère partie assez roulante sur piste nous mène à un sentier étroit qui surplombe les gorges. A partir de là, il faut enchaîner pas mal de portages avec des parties très techniques sur le VTT.

Tout le monde prend un petit coup de stress sur ce sentier perché au dessus du vide, mais quelle récompense de rouler dans ce décor exceptionnel ! Le passage par le cirque de Saint Marcellin et les villages troglodytes, avec les vautours fauves qui nous survolent, est fantastique.

Quelques derniers km sur la route en se tirant la bourre et retour aux voitures à Aiguessac : fin de cette belle balade….

 

Au final, nous étions tous un peu étonnés du peu de casse et de bobos malgré la difficulté des chemins : seulement une crevaison, une patte de dérailleur tordue, quelques égratignures et des intestins un peu fragilisés après avoir bu l’eau des ruisseaux…

Le groupe était plutôt homogène et nous avons presque tout le temps roulé tous les 9 ensemble.

La région présente un très gros potentiel VTT : peut être l’occasion d’y retourner dans quelques années ?

Pierre