La Grande Traversée du Pays Basque – mai 2018

La Grande Traversée du Pays Basque – mai 2018

Jour 1 – Saint Jean Pied de Port – Aldudes 

« Ciel rouge le soir, blanc le matin, ravit le pèlerin. »

Après un départ aux aurores, une 1ère ascension dans un brouillard dense permet de jauger la forme de l’équipe : on ne va rien lâcher pendant 4 jours, que ça soit bien clair !

On finit par passer aux dessus des nuages, et c’est très beau de pédaler au-dessus de cette mer de coton.

Cette 1ère étape pour le moins physique enchaîne poussages et traversées malaisées sur des sentiers étroits et aériens. Les descentes au milieu des pottocks et des brebis sont un vrai régal.


Pierrick s’impose en roi de la côte et décroche son 1er maillot à pois. Jérôme W fait vaguement illusion en 2nde place du classement.

On passe une soirée bien agréable à Aldudes : au menu, dégustation de bières basques, tournoi de pala (une espèce de jokari du pays…) et repas traditionnel.

Brossage de dents et au lit pas trop tard : une dure journée nous attend.

Jour 2 – Aldudes Bidarray :

« Quand tu es arrivé au sommet de la montagne, continue de grimper.» Proverbe chinois

Une très belle journée interminable (+ 2 700 m : c’est beaucoup !) et un festival de mono-traces sur les crêtes.

Dans l’ordre : une longue montée sur petites routes vers les crêtes, des zigs-zags entres les bornes frontalières, des montées-descentes sur la succession de collines et de cols du secteur, une descente vertigineuse très-très technique dans la caillasse vers Saint Etienne de Baïgorry, une 2nde montée interminable au milieu des vignes d’Irouléguy (c’est le pinard du coin : il est bon !) et une descente de grande classe vers la vallée.

Pierrick conserve tous les pois de son maillot (bon sang, mais collez-lui une enclume dans le camel-back!)

Jour 3 :  Bidarray – Sare :

« Délaisse les grandes routes : prends les sentiers » Pythagore

Encore une belle journée, un ton en-dessous de la veille du point de vue physique, mais « à point » techniquement. On fait un peu de tourisme dans des endroits magnifiques : col des 3 croix et les  superbes villages d’Ainhoa et Sare. On commence à deviner la mer depuis les hauteurs : ça commence à sentir l’arrivée à Hendaye.

Jérôme P. pas très en forme, doit raccourcir l’étape du jour. Le gâteau basque semble avoir eu un peu de mal à passer : probablement la barrière de la langue ?

Eric casse la jante de roue arrière de son vélo: on comprend pas ???? Il était quasiment neuf ce vélo !

Jour 4 : Sare Hendaye :

« La vie ce n’est pas seulement respirer, c’est aussi avoir le souffle coupé » Alfred Hitchcock

Après un dernier détour en Espagne et dans le brouillard, on rejoint la frontière au col d’Ibardin : dur retour à la civilisation au milieu des magasins d’alcool et commerces en tous genres !

De jolis sentiers nous mènent sur la dernière grosse colline qui surplombe Hendaye : après la séance photo obligatoire, toute l’équipe plonge vers la mer par un sentier caillouteux.

Petit bain de pieds dans la grande bleue et retour (dans les bouchons…) en soirée.

Pour conclure, citons Pépé, notre expert sportif : « c’était bien, mais j’en ai plein les basques. »

Merci à lui.